Club des ambassadeurs

Afin d’accroître la portée de son travail de diffusion et de sensibilisation, le CORPA a créé le Club des ambassadeurs d’Arvida. Dans sa volonté d’associer à la promotion et à la reconnaissance d’Arvida tous les Arvidiens, de résidence, d’origine, d’adoption ou de cœur, le comité espère rejoindre les personnalités qui, étant passées par Arvida, marquent aujourd’hui les scènes nationale ou internationale.

Les ambassadeurs ont le mandat de comprendre l’histoire de la cité industrielle d’Arvida et la démarche de reconnaissance patrimoniale, d’être et de se tenir informés des actions posées dans le cadre de cette démarche ainsi que d’appuyer, soutenir et promouvoir la démarche dans leur milieu. Ils en deviendront des agents multiplicateurs. De plus, selon leurs disponibilités, ils seront invités à participer aux événements et aux activités en lien avec la démarche de reconnaissance patrimoniale.

Il y a actuellement 55 membres au sein du Club des ambassadeurs d’Arvida. La majorité d’entre eux ont été accueillis officiellement et ont reçu leur trousse d’ambassadeurs. Cette trousse contient un certain nombre d’outils d’information et de promotion leur permettant de remplir leur mission. Elle est en fait une boîte à lunch en aluminium qui témoigne de l’engagement des travailleurs d’Arvida et qui rappelle l’héritage humain de cette cité industrielle.

Présentation des ambassadeurs - vidéo


Samuel Archibald

Samuel Archibald

M. Archibald est écrivain et professeur de littérature à l’Université du Québec à Montréal. Né à Arvida dans une famille de commerçants, il a grandi en plein cœur du quartier historique d’Arvida. Le secteur le fascine et l’influence toujours : il a d’ailleurs fait l’objet de son premier roman, Arvida, avec lequel il s’est fait connaitre en 2011. À travers ses personnages, il raconte la construction et l’évolution de cette ville modèle et unique.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Jean-Pierre Bergeron

M. Bergeron a grandi à quelques kilomètres d’Arvida, soit dans la ville voisine de Jonquière. Déjà à l’adolescence, la cité d’Arvida et le cinéma le fascinaient. Il se rend fréquemment à Arvida « sur le pouce » pour aller écouter des films en anglais au Palace. Il développe un fort attachement à Arvida et est bien intrigué par la culture anglophone qu’il y découvre. Encore aujourd’hui, il est passionné par Arvida et son patrimoine. C’est d’ailleurs le thème d’un film sur lequel il travaille actuellement et qui mettra le « Arvida » des années 1960 à l’honneur.

Cliquez ici pour voir son entrevue

François Boivin

Planchiste de haut niveau, il s’est démarqué sur le circuit de la Coupe du monde de 1999 à 2011 et par ses participations aux Jeux olympiques de Turin en 2006 et de Vancouver en 2010 en tant qu’athlète, ainsi qu'aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 en tant qu’entraîneur. Il a grandi à Arvida et y habite toujours aujourd’hui. Il a porté fièrement ses origines sur les plus hautes montagnes du monde, au tour d’Arvida de le porter au titre d’ambassadeur.

Hélène Boivin

Originaire d’Arvida, Mme Boivin s’est illustrée par ses exploits en natation dans les années 1970, notamment aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, aux Jeux du Commonwealth et au Championnat du monde de Berlin en 1978. En 2009, elle a été intronisée au Temple de la renommée de la natation québécoise. En 2014, elle nous a fait l’honneur de se joindre au Club des ambassadeurs d’Arvida.

Josée Boudreault

Josée Boudreault a grandi dans le secteur Saint-Jean-Eudes et dans le quartier Saint-Philippe. Elle était très sportive et très impliquée dans son milieu. Elle a débuté le basketball à l’école Sainte-Bernadette, sport qu’elle a poursuivi à la Polyvalente Arvida, et a fait de la nage synchronisée au Foyer des loisirs et de la culture pendant plusieurs années. Elle a été présidente de la Polyvalente Arvida en cinquième secondaire et cette période a grandement marqué sa vie. Animatrice, auteure et conférencière, elle est toujours très attachée à Arvida et elle est bien fière d’en être ambassadrice.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Jacques Dallaire

M. Dallaire est né sur la rue Cabot dans le quartier Saint-Jacques et a grandi sur la rue Rowling dans le quartier Saint-Philippe. Son père, Fernand, a travaillé pour la ville d’Arvida pendant 43 ans comme directeur des achats. Sa famille comptait trois enfants et Thérèse, sa mère, a contribué à tisser les liens d’amitié avec les gens du quartier. Il a débuté sa carrière à Arvida en vente de véhicule automobile et œuvre toujours en ce domaine en tant que copropriétaire de Paul Albert Chevrolet Buick Cadillac GMC Ltée. Il a Arvida tatoué sur le cœur et demeure très proche de ce secteur et de ses habitants; il accepte avec fierté son nouveau rôle d’ambassadeur de la ville de son enfance.

Steeve Desgagnés

M. Desgagnés habite Arvida depuis de nombreuses années. Ce chanteur et musicien passionné est connu à travers la province pour son groupe le Graceband, qui tourne un peu partout en province pour interpréter à sa façon le répertoire d'Elvis Presley. Il porte Arvida avec lui dans tous ses projets et maintenant, dans sa boîte à lunch!

Mark Dickey

Ayant grandi sur la rue Gay-Lussac dans le quartier Sainte-Thérèse, M. Dickey vient d’une famille profondément ancrée à Arvida. Son grand-père paternel a quitté Montréal dans les années 1930 pour venir s’installer dans la cité naissante et travailler à l’aluminerie. À l’âge adulte, lorsqu’est venu le temps pour lui de s’établir, il ne se voyait pas s’installer ailleurs qu’à Arvida. Depuis 2001, il habite le quartier Saint-Philippe et il est, depuis 2008, animateur de radio dans la région. Il se considère comme un « vrai Arvidien » et est très attaché à son secteur.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Pierre Doré

Ayant grandi à Shipshaw dans une famille où la musique se transmet de génération en génération, il est l’un des fondateurs de la troupe Quebec Issime. Il en est pendant plusieurs années le directeur musical et fait partie du groupe qui achète le Palace en 1996. Avec quelques-uns de ses comparses, M. Doré est de ceux qui se passionnent pour ce joyau patrimonial qu’est le Palace. Ils font des recherches et souhaitent redonner au bâtiment toute la noblesse qu’il mérite. On raconte même qu’il a littéralement habité l’endroit pendant quelque temps…

Robert Doré

Né à Métabetchouan au Lac-Saint-Jean, M. Doré vient d’une famille de 13 enfants où la musique a toujours été bien présente. Arvida fait partie de sa vie depuis l’enfance puisque M. Roland Guay, propriétaire du Nettoyeur Vogue d’Arvida, est un cousin de sa mère. Il travaille même pour lui à l’adolescence. Quebec Issime, dont il est le producteur, achète le Palace Arvida en 1996 et lui fait subir une cure de jeunesse en le restaurant à l’aide des plans originaux. Il porte un grand respect au patrimoine et à ce bâtiment qu’il opère jusqu’en 2008. En 2013, Quebec Issime devient propriétaire et redonne vie à l’église Saint-Jacques à Arvida. La troupe en fait son quartier général, son atelier de création, son entrepôt de costumes et de décors et son local de répétitions.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Francis Dufour

M. Dufour est né à Kénogami en 1929, et est le fils d'Alfred Dufour, contremaître à l’usine Alcan, et de Marie Dufour. À l’âge de 15 ans, il déménagea sur la rue De LaSalle, à Arvida. Adolescent, il passait beaucoup de temps libre au Foyer des loisirs et de la culture, au parc Moritz, au Théâtre Palace ainsi qu’au Carré Davis. Il fut particulièrement connu pour ses fonctions de conseiller municipal, de maire d'Arvida, puis de maire de Jonquière. C’est également en tant que membre du conseil d'administration de la MRC du Fjord-du-Saguenay puis en tant que député du Parti québécois dans la circonscription de Jonquière qu’il contribua au développement du secteur. En effet, le respect qu’il vouait à l’urbanisation d’Arvida était à l’image de la compétence de l’équipe qui l’entourait. La protection d’Arvida est une de ses grandes préoccupations et il tient à ce que soit conservé son patrimoine, à perpétuer la mémoire afin de se rappeler d’où l’on vient pour savoir où l’on va.

Fondation Arthur Vining Davis

Une mission à la Arthur Vining Davis Foundations a été organisée par des membres de la CORPA. Cette mission avait pour but de rencontrer les représentants de la fondation, de les informer de l’existence du club et de nommer quelques membres ambassadeurs supplémentaires dont la présidente de la fondation, Mme Nancy J. Cable, et M. Maynard K. Davis.
Absents sur la photo : M. Holbrook Davis et M. J.H. Dow Davis.

Jeanick Fournier

Native de Roberval, Jeanick Fournier a grandi à Dolbeau et c’est là qu’elle a commencé à chanter lors de spectacles de chorale dans les églises dès l’âge de 10 ans. Elle poursuit ses études au cégep de Chicoutimi et vit ses premiers contacts avec Arvida. Ses talents se font connaître de plus en plus grâce à ses tournées de piano-bar et elle est repêchée par Quebec Issime qui fut tout un succès au Palace Arvida. Tombée en amour avec un arvidien elle décide de s’y établir. C’est un endroit pour elle où le bonheur est facile, un lieu tranquille, calme, sécuritaire et où la beauté et la paix d’esprit se côtoient tous les jours. Mme Fournier est fière d’être ambassadrice d’Arvida et tient à ce qu’on protège et mette en valeur son patrimoine encore longtemps.

Étienne Jacques

M. Jacques occupe aujourd’hui un rôle honorifique d’ambassadeur en sa qualité de grand patron de la division Métal primaire pour l'Amérique du Nord de Rio Tinto. Natif de Thetford-Mines, ce pragmatique homme d'affaires, est entré à l'usine Vaudreuil d'Alcan en 1983. D’un point de vue historique, Arvida est une « company town » fondée par Alcoa par le président de la multinationale, Arthur Vining Davis en 1926. La ville aluminière a, pour sa conception, sa réalisation et sa transmission, reçu depuis maintenant près d’un siècle l’attention soutenue de l’Aluminum Company of Canada, devenue Alcan à l’aube de la Seconde Guerre et aujourd’hui intégrée à Rio Tinto Alcan.

Alain Gagnon

M. Gagnon est né à Jonquière mais il a toujours entretenu des liens très forts avec Arvida, et ce, dès son enfance. Son père a travaillé à l’Alcan toute sa vie et le Carré Davis était sa place d’affaires. Dès son plus jeune âge, il accompagnait donc son père à la Banque de Montréal, au Peoples et au Steinberg. Il travaille lui-même pour l’usine Alcan, devenue RTA, depuis 31 ans et est président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida depuis 2008. À ce titre, il a beaucoup collaboré au projet de reconnaissance patrimoniale, par exemple par l’exposition de photos des travailleurs au Carré Davis, ainsi que par les boîtes à lunch fournies au Club des ambassadeurs. Sa nomination à titre d’ambassadeur va donc de soi.

Lewis Gagnon

Né dans le quartier Saint-Philippe, il passe sa jeunesse entre les patinoires extérieures d’Arvida et la salle de « culture physique » de ses frères, la salle Gagnon. Après avoir oeuvré plusieurs années dans le domaine de la vente, M. Gagnon a fondé, en 2008, la publication mensuelle L’Arvidien, dont il est également l’éditeur. Il joue donc un rôle d’ambassadeur d’Arvida depuis plusieurs années puisque le patrimoine et l’histoire d’Arvida sont des sujets de prédilection du journal.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Carl Gaudreault

Né sur le plateau Deschênes, ses parents sont de ceux qui ont vécu le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney en 1971 et dont la maison a été déplacée à Arvida. Il a donc grandi dans ce quartier et a fait tout son parcours primaire et secondaire à Arvida. M. Gaudreault est un Arvidien fier et très impliqué dans son milieu. Son entreprise de production télévisuelle Télé Boréale a ses bureaux à Arvida depuis plusieurs années et a développé plusieurs projets en lien avec Arvida, dont les Nouveautés documentaires à Saguenay. De plus, il travaille sur un projet avec un organisme communautaire jeunesse d’Arvida par le biais de l’Association des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles (LGBT) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont il est le fondateur. Il est toujours résident d’Arvida et souhaite le demeurer.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Sylvain Gaudreault

M. Gaudreault est né en 1970 dans l’arrondissement de Chicoutimi et a enseigné au Cégep de Jonquière avant d’entreprendre une carrière politique. Aujourd’hui résident d’Arvida, sa profession l’amène à représenter les intérêts de la population et des institutions auprès de l’Assemblée nationale et du gouvernement du Québec. Il appuie la reconnaissance patrimoniale d’Arvida depuis sa première campagne électorale en 2007 où il a eu l’occasion d’en parler aux différents titulaires du ministère de la Culture. Il a également œuvré à concrétiser les projets de la construction de l’édifice de Revenu Québec et obtenu un engagement pour la rénovation de la bibliothèque d’Arvida afin de lui redonner son aspect d’origine. De plus, il travaille de concert avec les travailleurs et la direction des usines du Complexe Jonquière de Rio Tinto afin que ces usines continuent de procurer des emplois de qualité, bien rémunérés, aux gens de la région en retour des avantages économiques consentis à la compagnie. M. Gaudreault insiste sur la sauvegarde d’Arvida puisqu’elle illustre combien notre région est riche de ses ressources naturelles et de la qualité de sa main-d’œuvre. Il a un grand intérêt personnel pour l’architecture urbaine et l’urbanisme et est heureux de se joindre aujourd’hui au Club des ambassadeurs d’Arvida.

Kristine Girard

Artiste peintre de la région, Mme Girard a choisi de s’établir à Arvida lorsqu’elle est revenue en région, il y a bientôt 20 ans. En raison de sa qualité de vie, son esthétisme et de l’accessibilité des services de son centre-ville, c’est dans la rue Gay-Lussac qu’elle et son conjoint ont décidé d’élever leur famille. C’est également là qu’elle a installé son atelier de création et de production. Elle est active et très impliquée dans sa communauté. Elle affirme même que c’est son mode de vie arvidien qui lui permet de vivre de son art et de déployer sa carrière à l’international.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Jocelyne Girard-Bujold

Mme Girard-Bujold est née en 1943 à Arvida sur la rue De Couvertey. Son père était contremaître à l’usine Alcan. Durant son jeune âge, elle fréquentait les différents parcs d’Arvida et allait danser au Foyer des loisirs et de la culture le vendredi soir. Bien sûr, comme tous les jeunes du quartier, les parcs et le carré Davis faisaient partie de son quotidien. Entre amis et jusqu’à la Chambre des communes, elle a toujours vanté le charme d’Arvida et considère une chance inouïe d’avoir grandi à Arvida. Elle se dit Arvidienne de cœur et d’esprit et désire poursuivre en tant que membre du Club des ambassadeurs d’Arvida les démarches nécessaires pour protéger et sauvegarder le patrimoine d’Arvida.

Élizabeth Grenier

Chargée des projets numériques et des communications pour l’ADISQ, Élizabeth est arrivée à un très jeune âge à Arvida. Elle l’habitera une vingtaine d’années en parcourant tantôt l’école Ste-Lucie, tantôt le Foyers des loisirs, tantôt les sentiers du Manoir. Maintenant travailleuse culturel et faisant partie de la génération émergente, son coup de cœur est le Palace Arvida pour y avoir travaillé et développé son côté artistique des arts de la scène. C’est donc un lieu important pour elle. Arvida est unique à ses yeux par son architecture et sa conception urbanistique, mais aussi par les gens qui l’habitent. Elle est plus qu’honorée d’être aujourd’hui ambassadrice d’Arvida et s’engage à poursuivre son rôle dans son milieu.

Claude Hardy

M. Hardy est né en 1942 à Arvida. Il a toujours habité ce secteur et a grandi sur la 23e rue, par la suite rebaptisée la rue Albanel, qui est maintenant la rue Labrecque. Joueur de hockey talentueux, il s’est rapidement démarqué pour l’équipe des Citadins d’Arvida avant d’être recruté par les Rangers de New York. Sportif accompli, il a côtoyé les plus grands dans le domaine. Il fera par la suite partie de l’équipe des Kings de Los Angeles pour finalement faire carrière à l’ancienne ville d’Arvida en tant que pompier pendant 30 ans. Champion du club de golf d’Arvida à une époque, il pratique encore ce sport aujourd’hui. Toujours attaché à ses racines, M. Hardy tient à ce qu’on protège et sauvegarde le caractère singulier d’Arvida et c’est avec grande joie qu’il poursuivra son rôle d’ambassadeur auprès de son milieu.

Alain Labrie

Arvidien de naissance, il est chanteur soliste pour le Cirque du Soleil depuis le début des années 2000. Il a, entre autres, évolué au sein des distributions de Quidam, Cortéo et Zed. Auparavant, il a été choriste pour Éric Lapointe et chanteur soliste pour Québec Issime. Il porte déjà Arvida dans son coeur et dans ses bagages aux quatre coins du monde depuis plusieurs années, c’est avec son entrée au sein du Club des ambassadeurs d’Arvida que son rôle s’officialise.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Carl Lamarre

M. Lamarre est né sur la rue Moritz et a grandi au cœur du quartier Sainte-Thérèse. Ce quartier était donc son terrain de jeux, en particulier la coulée derrière le Palace Arvida ainsi que le parc Moritz. Il a quitté Arvida à l’âge de 23 ans pour faire son entrée dans les Forces armées canadiennes. Il a participé à plusieurs missions à l’étranger notamment à Chypre, en ex-Yougoslavie et en Afghanistan. Après 20 ans de services, il a terminé sa carrière à Bagotville. Il est demeuré très proche d’Arvida et est dévoué à sa cause.

Léo Lapointe

M. Lapointe est un Arvidien d’adoption qui habite la rue Dickie depuis plus de 40 ans. Son père et son frère ont tous deux travaillé de nombreuses années pour Alcan. Architecte de profession, son bureau est situé dans le carré Davis depuis 1990. Son équipe et lui participe à la vitalité économique du secteur en occupant un espace à l’intérieur de l’ancien magasin « Jupiter » qui a été reconverti en édifice à bureaux. Il en est devenu le copropriétaire et, au cours des années, s’est assuré de conserver l’aspect extérieur d’origine du bâtiment. Sa profession l’a aussi amené à travailler, entre autres, à la restauration du Manoir du Saguenay, à la réalisation du pavillon Mellon au parc Saint-Jacques et à la rénovation de l’édifice du Syndicat national des employé(e)s de l’aluminium d’Arvida. M. Lapointe reconnait le caractère unique d’Arvida et la qualité de son domaine bâti. Il est attaché à Arvida en raison de la qualité de vie que l’on y retrouve, la quiétude qui y règne ainsi que pour sa localisation au cœur de la ville de Saguenay. 

Serge Lapointe

Serge Lapointe est né à l’hôpital d’Arvida et a passé son enfance et son adolescence entre les quartiers Sainte-Thérèse et Saint-Jacques. Il a fréquenté les Scouts de Sainte-Thérèse, le Foyer des loisirs et de la culture, la piste d’athlétisme Saint-Jacques, le Club Grenada et, comme plusieurs autres, les sentiers du Manoir du Saguenay. Il a quitté Arvida à 21 ans pour étudier à Ottawa et a ensuite rejoint les Forces armées canadiennes, dont il est maintenant lieutenant-colonel. Pour lui, Arvida est avant tout une histoire de cœur qui a façonné sa personnalité et c’est empreint d’enthousiasme qu’il endosse son nouveau rôle d’ambassadeur d’Arvida.

Philippe Laprise

Né en 1976, il grandit à St-Mathias dans le quartier central d’Arvida. Philippe Laprise est maintenant humoriste après avoir passé son enfance et son adolescence dans les bois environnant la polyvalente Arvida et derrière le Manoir Saguenay. Commence à faire de la scène à la polyvalente Arvida, que des souvenirs positifs autour de cet endroit mémorable. Arvida est attachante par son patrimoine bâti, sa beauté rassurante et son architecture à mesure humaine. L’héritage culturel extraordinaire d’Arvida vient de la richesse des gens qui l’habitent. 

Guy Latraverse

Il est né en 1939 à Chicoutimi et a grandi à Arvida, notamment sur les rues Mellon et Montgomery. Son grand-père, Lucien Latraverse, est arrivé dès les débuts d’Arvida, il était cadre à l’Alcan. Son père fut également cadre à l’Alcan, au département de l’urbanisme : il a donc oeuvré à la construction et au déve-loppement de la cité d’Arvida. Guy Latraverse est un impresario, producteur de spectacles, agent d'artistes québécois. Il est surtout connu pour ses activités de production dans la chanson, l'humour, les spectacles de variétés et la télévision. On l'appelle le père du showbusiness. Il est, entre autres, le fondateur de l’ADISQ et le cofondateur des Francofolies de Montréal.

Louise Latraverse

Elle est née à Arvida et a grandi au cœur du quartier Sainte-Thérèse, sur la rue Montgomery. Son père était cadre à l’usine Alcan et vient d’une famille de quatre enfants. Elle a débuté sa carrière à la radio en région et elle a touché à plusieurs formes d’art, notamment le cinéma, le théâtre, la télévision, et même l’écriture. Elle est toujours demeurée très attachée à Arvida. Elle se tient informée des démarches de reconnaissance patrimoniale depuis plusieurs années et a fièrement accepté de devenir officiellement ambassadrice d’Arvida en joignant le Club des ambassadeurs.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Ève-Marie Lortie

Mme Lortie est animatrice à la télévision depuis plusieurs années. Elle a grandi à Arvida, sur la rue Gay-Lussac. Elle est une fière arvidienne et elle repasse dans les rues de son enfance chaque fois qu’elle revient dans la région. Elle joue ce rôle d’ambassadrice d’Arvida depuis de nombreuses années. À l’adolescence, alors qu’elle nageait au sein du Club de natation les Ouananiches d’Arvida, elle devait régulièrement expliquer où était Arvida. Elle en parle publiquement à chaque fois qu’elle en a l’occasion. C’est maintenant au tour du Club des ambassadeurs d’Arvida de parler d’elle.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Nadine Maltais

Mme Maltais est née en 1975. Native d’Arvida, plus précisément de la rue de Normandie dans le quartier Sainte-Thérèse, elle a quitté sa ville natale en 1995, pour les études et le travail. Elle a passé son enfance dans les sentiers derrière le Manoir du Saguenay, au carré Davis, et avec ses amis des quartiers Saint-Philippe et Dubose. Elle occupe aujourd’hui les fonctions de directrice générale du Conseil des arts et de la culture de Vaudreuil-Soulanges et veille au développement culturel régional comme vecteur de développement durable et d’innovation. Malgré la distance géographique qui la sépare aujourd’hui d’Arvida, elle veille toujours à faire rayonner l’ancienne cité, met en valeur et fait connaître la démarche exceptionnelle de reconnaissance d’Arvida à l'Unesco dans son milieu. Partout où elle va, elle ne manque pas une occasion de rappeler d'où elle vient et d'expliquer l'histoire de cette ancienne ville. Elle croit au caractère novateur et au génie de l’époque de la construction d’Arvida, et est profondément attachée à Arvida et en l'énergie mystérieuse qui s'en dégage.

Terry Michael Loucks

M. Loucks est né à Arvida, sur la rue Radin, dans l’une des nombreuses familles anglophones du secteur. Son père, Ford Loucks, était ingénieur et a œuvré dans différents barrages hydroélectriques de la région, dont celui de Shipshaw. Sa mère était secrétaire pour Arvida Works. Il a vécu dans trois maisons de la rue Radin, en plein coeur du secteur patrimonial d’Arvida. Même s’il n’y habite plus, il est toujours demeuré très attaché à Arvida et il fait des recherches indépendantes sur la mémoire d’Arvida. Bilingue depuis sa naissance, il est l’un des grands rassembleurs de la communauté anglophone et poursuit, avec le Club des ambassadeurs, la mission de sauvegarde qu’il a entreprise il y a quelques années.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Gilles Michaud

M. Michaud est né en 1942 à l’hôpital d’Arvida et a grandi en face du Foyer de loisirs et de la culture, anciennement appelé le Centre de récréation. Il a passé son enfance dans le parc Moritz et dans la coulée, il a regardé l’édification de l’hôtel de ville en mangeant des Revello avec ses amis, et il a pu aussi admirer l’installation du Jordi Bonet. Il porte en son cœur de nombreux souvenirs de cette époque, spécialement du 25e anniversaire de la cité d'Arvida. Ingénieur à la retraite depuis 2001, il a œuvré à l’Alcan pendant 35 ans. Il est heureux de graviter dans cette ville unique au monde et il en est très fier. M. Michaud a toujours mis de l’avant les qualités urbanistiques d’Arvida dans son entourage. On l’a reconnu plus récemment en tant qu’auteur du livre qui relate l’histoire des 80 ans de golf à Jonquière. Il demeure à Arvida pour ses conditions de vie remarquables et désire s’impliquer dans la démarche de reconnaissance patrimoniale d’Arvida.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Lucie K. Morisset

Mme Morisset est professeure au Département d'études urbaines et touristiques de l'Université du Québec à Montréal et directrice scientifique de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain. Elle a réalisé sa thèse de doctorat sur l’histoire d’Arvida dont un ouvrage a été publié en 1998 : « Arvida, cité industrielle; une épopée urbaine en Amérique ». Mme Morisset est consultante sur les dossiers de patrimoine depuis le début des années 1990, pour la Ville de Jonquière, et ensuite pour la Ville de Saguenay. Elle est également l’instigatrice du CORPA, le Comité pour la reconnaissance patrimoniale d’Arvida. Elle a dédié toute sa carrière et donné tout son cœur à Arvida. Mme Morisset a adopté Arvida depuis bien longtemps. À travers toutes ces années, Arvida l’a officiellement adoptée!

Cliquez ici pour voir son entrevue

Marie-Eve Munger

Originaire de Saint-Jean-Eudes dans l'arrondissement Jonquière, elle est soprano colorature. Sa carrière est en pleine effervescence et, depuis 2005, elle s'est produit dans plusieurs opéras à travers le monde, notamment au Teatro alla Scala de Milan, au Royal Albert Hall à Londres ainsi qu'au Wextford Festival Opéra. Son premier album Colorature vient tout juste de paraître. Fière de ses origines, elle devient, avec enthousiasme, ambassadrice d'Arvida.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Claude Patry

Né dans le quartier Sainte-Thérèse, il a grandi sur la rue Coventry dans le quartier Saint-Philippe. Sa jeunesse arvidienne fut remplie, entre autres, de jeux à l’extérieur, de balades en bicyclette et de soirées à la polyvalente ou au Grenada. Aujourd’hui député fédéral du comté Jonquière-Alma, il a travaillé à l’Alcan, à l’usine Vaudreuil, pendant près de 35 ans. Parallèlement, il a occupé plusieurs postes au sein du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida, dont celui de président de 2002 à 2008. C’est la cause d’Arvida qu’il servira désormais.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Annie Tremblay

Mme Tremblay est née en 1965 à l’hôpital d’Arvida. Elle a passé son enfance sur la rue Larouche, dans le quartier Saint-Mathias. Son père et son grand-père travaillaient à l’Alcan. Enfant, elle a beaucoup joué dans « la coulée », devant le pavillon Saint-Mathias. Elle a fait ses débuts en ballet au pavillon Saint-Mathias et a beaucoup encouragé son frère qui jouait au hockey au Foyer des loisirs et de la culture. Elle affectionnait particulièrement les randonnées dans les sentiers du Manoir, où il est encore possible de la croiser. C’est toujours avec fierté qu’elle dit régulièrement qu’elle est une fille d’Arvida. Une vraie de vraie! Protéger Arvida est très important pour Mme Tremblay puisque c’est une ville riche en histoire, une ville qui a du vécu et qui a son propre style, ne serait-ce que par son architecture et les gens qui la composent. Elle a un attachement profond pour Arvida et est honorée de porter dorénavant le titre d’ambassadrice d’Arvida.

Jean-Pierre Tremblay

M. Tremblay est natif d’Alma. Jeune adulte, il quitte la région pour étudier à Sherbrooke, et devient ingénieur. Cette profession l’amènera à travailler durant 38 ans pour Alcan à la modernisation des usines dans le monde. Lors de ses nombreux mandats à l’extérieur du pays, il est très fier de partager son appartenance à Arvida. Maintenant retraité, il évolue dans le domaine de la photographie artistique. Cette nouvelle carrière l’amène à exposer dans la région mais aussi, dernièrement, au Louvre à Paris où son travail a été sélectionné par la Société nationale des beaux-arts de Paris. Il y a représenté, encore une fois fièrement, son appartenance à ses racines arvidiennes. Depuis maintenant plus de 40 ans au sein de la communauté, il croit en l’importance de l’environnement pour son milieu et en sa qualité de vie. Pour lui, la sauvegarde du patrimoine d’Arvida est essentielle pour que les générations à venir sachent ce qui a modelé les valeurs des bâtisseurs.

Louis Tremblay

Louis Tremblay est né et a grandi à Arvida dans le quartier Sainte-Thérèse. Ses souvenirs et son attachement par rapport à Arvida sont fortement attachés aux sentiers du Manoir, à la patinoire Powell et aux écoles Notre-Dame-du-Sourire et Sainte-Thérèse. Il est aujourd’hui humoriste et se produit un peu partout dans la francophonie. Il est encore bien imprégné de ses souvenirs arvidiens et revient y fréquemment. Il est très conscient de la richesse de son patrimoine et souhaite jouer son rôle d’ambassadeur de façon active.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Karine Trudel

Mme Trudel a été élue députée fédérale de la circonscription de Jonquière à l’automne 2015. Baptisée à l’église Sainte-Thérèse d’Arvida, elle a conservé un attachement particulier pour ce quartier à vocation patrimoniale. Elle y a d’ailleurs installé son bureau, lequel est situé sur la rue Davis. Mme Trudel est reconnue pour son implication communautaire et son engagement auprès des travailleurs, notamment à titre de présidente du syndicat des postes, section Saguenay-Lac-Saint-Jean, de 2007 à 2015. En tant qu’ambassadrice d’Arvida, elle est fière de s’impliquer maintenant dans le processus de reconnaissance patrimonial.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Alain Turbide

M. Alain Turbide est né à l’hôpital d’Arvida et a vécu les premières années de sa vie sur la rue Lamarche. Il a grandi sur la rue Berthier dans le quartier Sainte-Thérèse. Il a donc passé son enfance entre les coulées derrière le Manoir du Saguenay, le parc Powell, le restaurant du Coin et le Centre de récréation. Il a travaillé dans différents postes de radio et de télévision, notamment à Québec et à Vancouver. Arvida a toujours eu une place privilégiée dans son cœur et il est très conscient de la richesse de son patrimoine.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Serges Turbide

Natif d’Arvida, il a grandi dans le quartier Sainte-Thérèse, sur la rue Berthier. Il évolue entre la chorale de l’Église Sainte-Thérèse, les très populaires soirées de danse et les nombreux orchestres de musique, très en vogue dans les années 1960 et 1970. C’est d’ailleurs à l’école Guillaume-Tremblay (Polyvalente Arvida) qu’il fait son tout premier spectacle. Sa famille est toujours très nombreuse à Arvida et sa carrière artistique l’amène souvent à y revenir. Il a toujours un attachement très vif à Arvida, c’est pourquoi il fait partie des ambassadeurs de la première heure.

Cliquez ici pour voir son entrevue

Annie et Suzie Villeneuve

Nées en 1983 dans le quartier St-Jacques à Arvida, les sœurs jumelles Annie et Suzie Villeneuve font preuve dès leur plus jeune âge d’un don musical exceptionnel. Elles furent révélées grâce à la première mouture québécoise de l'émission Star Académie, en 2003. L’école Notre-Dame de l’Assomption, l’école Ste-Thérèse, les spectacles à la polyvalente d’Arvida, la pizzeria, les jeux dans le bois derrière l’usine Alcan, les joutes de hockey et les cours de natation au Foyer des loisirs, le temps passé dans le parc devant l’église St-Jacques. Tous ces souvenirs font qu’Arvida est unique et apaisant dans le cœur des sœurs Villeneuve et qu’elles portent une fierté naturelle d’être ambassadrices.

Alain Voyer

M. Voyer est né sur la rue Alexander dans le quartier Saint-Jacques. Il a grandi à Jonquière, mais c’est à Arvida qu’il a acheté sa toute première maison, tout près de celle de son grand-père. Il est architecte depuis plus de 27 ans et a ouvert son premier bureau en plein cœur du Carré Davis, au sous-sol de l’ancien marché d’Arvida. Depuis 1988, son bureau est établi dans le quartier Saint-Philippe. Il est très attaché au secteur Arvida et, évidemment, à son architecture. C’est d’ailleurs en tant que fier Arvidien et architecte qu’il se retrouve au sein du Club des ambassadeurs.




Certains ambassadeurs ont accepté notre invitation à se joindre au Club des ambassadeurs mais n’ont pas encore pu se joindre à nous pour recevoir leurs honneurs et leurs outils. Il s’agit de :

  • Thomas J. Hudson, scientifique et directeur de l'Ontario Institute for Cancer Research;
  • Jean Tremblay, maire de Saguenay;
  • Caroline Riverin, chanteuse;
  • Karine Riverin, chanteuse;
  • Marie-Eve Riverin, chanteuse;
  • Paul Sarrasin, doubleur et animateur;
  • Louise Schoch, descendante de la famille Riddell.
  Site officiel de la Ville de Saguenay